Jardinage pour les femmes

Le jardinage doit être considéré, par ceux qui s’intéressent à la physique nationale, comme une occupation saine et revigorante pour les femmes. La section des dames de l’école pratique de jardinage de la Royal Botanic Society est intéressante, car la plupart des élèves formés sont des chercheurs de la commission scolaire qui ont obtenu des bourses du London School Board et qui ont l’intention d’adopter le jardinage. Les élèves sont nommés par le Technical Education Board du London County Council. Parmi ses membres, la Société compte de nombreux membres de la profession médicale, et Lord Lister est membre de son Conseil. Il est satisfaisant de penser que la branche du jardinage est d’une telle utilité pour ouvrir un emploi sain et intéressant pour les femmes. L’avantage pour les filles qui fréquentent cette école de formation particulière est que les jardins botaniques de Regent’s Park sont généralement à portée de main de leurs maisons, et ils peuvent suivre des cours sans vivre loin de chez eux. Les étudiants, sous la direction de Mme Sowerby, sont autorisés à travailler dans une partie particulière des terrains et apprennent également le travail pratique des serres dans les conservatoires transitoire. Le plus long cours est de trois ans. Les étudiants de première année apprennent les opérations au sol, le jardinage des fleurs et des légumes et tout ce qui touche aux opérations. Au cours de la deuxième année, les matières enseignées sont le travail en extérieur, le travail en intérieur et le travail théorique. La troisième année est consacrée à l’élagage, la tonte, le soin du conservatoire, les maisons de plantes, les charpentes et les fosses, etc., et aux travaux théoriques tels que la tenue des comptes, la météorologie élémentaire, le jardinage, les sprays et les laveurs d’insectes. et les travaux de laboratoire en botanique et en chimie horticole … Les étudiants trouvent facilement des situations et il est intéressant de noter combien de personnes emploient maintenant des jardinières plutôt que des hommes (BMJ).

1904; i: 94)