Le Canada pourrait être obligé d’autoriser la publicité directe auprès des consommateurs

semaine à un procès intenté par l’une des plus grandes entreprises de médias du pays. L’entreprise prétend qu’elle devrait avoir le droit de diffuser des publicités sur les médicaments qui s’adressent directement aux consommateurs. CanWest gagne des publicités pour des médicaments d’ordonnance comme celui de US CosmopolitanCanWest Global Communications, qui possède la plupart des grands quotidiens du Canada, une importante chaîne de télévision et des chaînes de télévision par câble, a intenté un procès en décembre dernier pour contester la loi fédérale canadienne interdisant les publicités de style américain pour les médicaments d’ordonnance. Il dit que la loi actuelle est discriminatoire à l’égard de ses intérêts commerciaux et inefficace. Si l’entreprise gagne, les Canadiens pourraient bien subir le même volume de publicité sur les médicaments que leurs voisins du Sud. Le gouvernement canadien doit déposer sa réponse à le procès est en cours au 30 juin. Actuellement, les compagnies pharmaceutiques au Canada utilisent deux types de publicités pour les médicaments: des annonces de rappel (qui donnent le nom d’une drogue sans mentionner à quoi sert le médicament, mais exhortent les consommateurs à parler à leur médecin). x0201d;) et des annonces de sensibilisation aux maladies (mentionnant une condition comme la perte de cheveux sans mentionner un traitement spécifique) .CanWest prétend que la loi actuelle restreint sa liberté d’expression en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés et que la capacité pour gagner des revenus publicitaires comme ses homologues américains. On estime que le marché canadien de la publicité sur les médicaments vaut environ 450 millions de dollars américains (245 millions de dollars) par an. L’argument selon lequel les restrictions canadiennes sont inefficaces parce que tant de publicités américaines directes à la consommation dépassent déjà la frontière signifie que les Canadiens font déjà l’objet de publicités antidrogue aux États-Unis tous les jours. Certains experts réclament une meilleure application de la loi actuelle, en disant que l’apparition à la télévision canadienne de certaines publicités, dont une Le barbara Mintzes, spécialiste de la publicité directe auprès des consommateurs à l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, affirme que l’application des lois canadiennes existantes est primordiale. Elle a dit, “ La solution de CanWest est de se débarrasser de la loi. “ C’est comme dire que si les dépanneurs s’en tirent avec la vente de cigarettes à 13 ans, nous pourrions aussi bien nous débarrasser des restrictions d’âge. ” CanWest ne commentera pas le procès, disant que le problème est devant le tribunal.