Les télé-avortements sous surveillance

La TGA étudiera la sécurité et l’éthique d’un nouveau service téléphonique permettant l’accès aux avortements médicaux.

Le service, fourni par la Fondation Tabbot, est offert dans les 63 premiers jours de grossesse pour les femmes vivant à moins d’une heure de voyage d’un établissement médical d’urgence.

«Le ministère de la Santé du Commonwealth étudie les implications de cet arrangement sur la santé et le bien-être des femmes dans le contexte de l’accès offert par les consultations de télésanté», a déclaré une porte-parole du ministère.

La TGA doit également examiner si l’interruption de grossesse par téléphone répond à l’autorité requise par les prescripteurs pour offrir la mifépristone et le misoprostol (MS-2 Step, Linepharma) dans le cadre du PBS et les lignes directrices pour la distribution de produits pharmaceutiques par la poste.

La porte-parole de la Fondation Tabbot, Jenny Ejlak, de Reproductive Choice Australia, affirme que les femmes peuvent entrer en contact avec un numéro 1800 et être référées pour une échographie et un test sanguin dans leur région « avec un fournisseur dont nous savons qu’il comprend leur situation ».

La fondation organisera une consultation téléphonique avec un médecin généraliste ou un gynécologue accrédité, habituellement dans les deux jours, et, si nécessaire, avec un psychologue clinicien.

Tous les médecins fournissant le service ont reçu une formation mandatée par le PBS pour prescrire la mifépristone et le misoprostol pour les avortements médicaux. Si le médicament est donné, le patient reçoit un colis de médicaments, y compris MS-2 Step, des antibiotiques prophylactiques, des analgésiques et des médicaments anti-nauséeux par courrier express, et sera guidé par un infirmier autorisé pendant 24 heures. médecin sur appel.

« Les patients reçoivent également des instructions sur ce qui serait décrit comme une expérience normale [d’arrêt médical] », dit Mme Ejlak, « ainsi que ce qui serait considéré comme n’étant pas normal. »